Pour la première fois de son histoire, le sanctuaire de Lourdes a fermé ses portes mardi pour une durée indéterminée, en raison de l’épidémie de coronavirus et des mesures de confinement décidées lundi soir par Emmanuel Macron. 

Attirant chaque année des millions de catholiques du monde entier, dont nombre de pèlerins à la santé fragile, le sanctuaire de Lourdes avait déjà annoncé début mars une série de mesures pour se prémunir contre le coronavirus, notamment la fermeture des bassins où s’immergent les pèlerins dans l’espoir d’une guérison.

Du jamais vu

Mais avec le passage de la France au confinement, un pas a été franchi: “pour la première fois de son histoire, le sanctuaire va fermer ses portes pour un certain temps”, a annoncé lundi sur Twitter son recteur Mgr Olivier Ribadeau Dumas.

Le sanctuaire, a-t-il rappelé, avait déjà fermé en 2013 lors de grosses inondations. Mais ce n’était que pour trois jours.

Pas de relâche pourtant pour le culte: “les prières continuent au sanctuaire, avec les chapelains qui vont prier du matin au soir à la grotte” où, selon la tradition chrétienne, la Vierge est apparue à Bernadette Soubirous en 1858, a précisé le recteur. Les fidèle pourront suivre ces prières en direct sur des chaînes télévisées catholiques, a-t-il précisé.

Cette épidémie, juste avant l’ouverture de la saison des pèlerinages début avril, c’est une “catastrophe” pour Lourdes, affirme Josette Bourdeu, la maire de la Cité mariale qui attire chaque année des millions de catholiques du monde entier.

La saison des pèlerinages allongée ? 

“Après, même si c’est une grande déception, il faut être costaud, il faut rester droit, et si c’est le sacrifice qu’il faut faire pour enrayer cette épidémie catastrophique, et bien, faisons le”, affirme-t-elle.

Un allongement de la saison des pèlerinages à octobre ou novembre a dores et déjà été évoqué par Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État chargé du tourisme “pour que des gens de pays d’autres hémisphères puissent venir ici pendant leur temps de vacances”.