L’Outre-mer peut-il vivre sans l’Europe ? Voyons-nous l’Europe uniquement comme une manne financière ? Quels sont les liens qui unissent nos territoires à l’Europe et que pouvons-nous apporter à l’Europe ? Cette semaine, Dieu m’est témoin s’interroge sur notre fibre européenne. Cyrielle Cuirassier sera sur le plateau pour nous aider à répondre à toutes ces questions. Cette jeune guadeloupéenne installée à Bruxelles depuis plus de 10 ans, représentante de la Région Guadeloupe auprès des institutions européennes nous expliquera comment sont défendus les projets et intérêts de nos territoires. Nous irons en Guadeloupe rencontrer des étudiants et des chercheurs européens venus pour leurs travaux sur la biodiversité ; illustration de notre apport à l’Europe. Nous irons aussi en Martinique au sein d’un jardin familial dans le quartier de Terreville, financé par l’Europe. Ce projet, initié par les habitants de ce quartier populaire de Fort-de-France, donne une autre idée de l’utilisation des fonds européens. Nous serons connectés avec Soumaila Moeva Anwar, jeune agriculteur mahorais et président du syndicat des jeunes agriculteurs ; il nous expliquera comment il utilise les fonds européens pour développer son exploitation d’Ylang Ylang et partagera avec nous ses interrogations sur la si faible demande d’aide dans son département.