Depuis, le 17 mars, la France et tous les territoires d’Outre-mer sont confinés pour éviter la propagation du Covid-19. Cette lutte contre le coronavirus a fait naître des initiatives solidaires dans les DROM COM : faire les courses pour une personne âgée, prendre des nouvelles d’un proche, s’échanger des fruits et légumes entre voisins, aider à faire le ménage dans les immeubles… Des petits gestes de solidarité qui sont bien appréciés pendant cette crise sanitaire.

Jocelyne Béroard, la chanteuse phare du groupe Kassav’ a décidé de mettre sa notoriété au service du Centre Hospitalier Universitaire de Martinique. Dans un message vidéo, l’artiste appelle les couturiers bénévoles à fabriquer des masques pour le personnel soignant, « puisqu’il s’agit bien d’une guerre en ce moment, des artisanes fabriquent sans relâche des masques pour la seconde ligne de front, pour qu’elle se protège»,  explique-t-elle.

Jocelyne Béroard est la marraine de l’opération « solidarité masques ». Ce projet porté par le CHU, la chambre des métiers et de l’artisanat et le Groupement des Artisans d’Arts de la Martinique, vise un objectif : réaliser au moins 4 000 masques en 1 semaine.

Et la confection de ces masques en tissu nommé « Garridou » s’effectue selon des règles très strictes, émises par le CHU de Lille

Solidarité masques pour les professionnels de santé

Pour fabriquer des masques « Garridou », l’Agence Régionale de la Santé de Mayotte en appelle, elle aussi, à la mobilisation de toutes les entreprises mahoraises

Une partie du stock de l’ARS étant périmée, les professionnels de santé comptent sur la solidarité de la population et des entreprises pour leur fournir des masques artisanaux. Un appel entendu par Ounrouati Haribu. Avec l’aide de ses stagiaires, elle confectionne 70 masques par jour dans son salon de coiffure. 

En Guyane, Régilène Serra, mère de famille, a pris l’initiative de fabriquer des masques qu’elle distribue gratuitement à ceux qui en ont besoin; « Ca m’apporte beaucoup de bonheur d’entendre toutes ces personnes me remercier », a-t-elle expliqué à nos confrères de Guyane 1ere.  Dans son bureau, transformé en atelier de couture, Régilène Serra fabrique ainsi une soixantaine de masques par jour.

Mais la solidarité ne s’organise pas uniquement qu’à travers un soutien aux professionnels de santé. D’autres initiatives ont vu le jour, notamment pour venir en aide aux plus démunis.

Des paniers alimentaires pour les familles

En Polynésie, le collectif Hio Aroha, composé de bénévoles se mobilisent pour fournir des denrées alimentaires aux familles les plus défavorisées de Paea. Sur les réseaux sociaux, ce collectif appelle à la générosité de tous.   

Grâce à ces dons, « des familles nécessiteuses ou qui rencontrent de grandes difficultés dûes au COVID 19 retrouvent le sourire et un peu de réconfort. Grâce à vous, ils reprennent confiance en eux car ils ne se sentent pas délaisser en cette période de confinement »,  remercie le collectif.

En Nouvelle-Calédonie, à Koumac, dans la Province Nord, la mairie a décidé d’apporter son soutien aux personnes âgées. Pour les protéger du virus, le personnel de la mairie fait les courses à leur place. Les achats de produits de premières nécessités sont entièrement payés par la mairie et livrés aux aînés particulièrement vulnérables au coronavirus. 

Valérie LUSANG