Dans son homélie à l’occasion du pèlerinage du père Laval, mardi 8 septembre, le Cardinal Maurice Piat est revenu sur plusieurs problèmes qui ont secoué Maurice depuis le début de l’année.

« Le peuple de Maurice souffre », a déclaré le Cardinal Piat, évûe de l’Ile Maurice, dans son homélie sans concession. Il s’est notamment interrogé sur le naufrage du navire japonais MV Wakashio : « Pouvait-on empêcher ce navire de se rapprocher autant de nos côtes. Y-a-t-il un trafic de drogue dedans ? Il y a des rumeurs on ne sait pas. Est-ce que les services de l’État ont fonctionné comme il le fallait ? Est-il normal qu’autant d’appareils, radars, hélicoptères ne fonctionnent pas ? »

Le chef de l’église a aussi fait état de la situation de squatteurs qui dorment sous des tentes depuis plus de 100 jours sur l’île sœur. « Ils ne sont pas tous des fraudeurs. Beaucoup de ces familles ont un compte PEL (Plan Épargne Logement) et attendent depuis 10, 15 ou 20 ans. Il faut changer ce système. C’est chagrinant, mais il faut le changer pour le respect de la population mauricienne ».

Le père Laval a montré la voie

L’église veut suivre désormais le chemin tracé par le père Laval, ce Français qui a débarqué à Maurice en 1841 et y est décédé, le 9 septembre 1864, entouré par les plus démunis. Cette main, tendue vers la rue et le peuple, est revenue au centre des préoccupations des grandes religions.

« Derrière les critiques et la colère, il y a une souffrance qu’il faut écouter. Jésus a dit à Moïse : j’ai vu la misère de mon peuple, je connais ses souffrances, j’ai entendu ses cris et je suis descendu. Cette parole a inspiré le Père Laval à écouter nos souffrances », a conclu le Cardinal Piat.

Une figure emblématique du catholicisme à Maurice

Ce 9 septembre marque en effet la commémoration du père Laval, figure emblématique du catholicisme à Maurice. Il fut au 19ème siècle un modèle d’engagement missionnaire et d’évangélisation. Entré dans la Société du Saint-Cœur de Marie, qui devint plus tard la congrégation des frères du Saint-Esprit, il s’occupa des esclaves noirs récemment affranchis, alors que Maurice était une colonie britannique. Le père Laval a fini par quitter son presbytère pour parcourir toute l’île et y créer notamment des hôpitaux et des centres de soin. Il aurait dû également faire face aux représailles des autres prêtres blancs qui ne s’occupaient pas des affranchis.

Aujourd’hui encore, le père Laval est fortement prié à Maurice, et les fidèles l’invoquent pour guérir de maladies ou les soulager de leurs souffrances morales. Le pape François l’a appelé en septembre 2019 lors d’une visite sur l’île “l’apôtre de l’unité mauricienne”.