Dans une vidéo présentant ses intentions de prière pour ce mois d’octobre, le Pape François appelle à une plus grande intégration des fidèles laïcs, en particulier des femmes, dans les instances de responsabilité de l’Église.
Le Pape François souhaite que plus de femmes laïques occupent des postes de responsabilité dans l’Église comme il l’a indiqué dans une vidéo présentant ses intentions de prière pour ce mois d’octobre. «Personne n’a été baptisé prêtre ou évêque. Nous avons tous été baptisés en tant que laïcs. Les laïcs et les laïques sont les protagonistes de l’Église» affirme le Pape dans cette vidéo. Pour le Saint-Père, la participation des femmes dans l’église n’a donc rien à voir avec des revendications liées à l’époque, mais dans le sacrement même du baptême car c’est là que s’inscrit le protagonisme des laïcs, et donc aussi des femmes, dans la vie ecclésiale et dans l’annonce de l’Évangile.

Les femmes trop souvent laissées de côté

Parce que les «femmes sont généralement laissées de côté», le Pape estime qu’«aujourd’hui encore, il est nécessaire d’élargir les espaces pour une présence féminine plus incisive dans l’Église». Dans sa vidéo, François ne parle pas d’une présence quelconque: «Nous devons promouvoir l’intégration des femmes dans les lieux où se prennent les décisions importantes».

Il souhaite donc qu’en vertu du baptême, les fidèles laïcs et en particulier les femmes, participent davantage aux institutions de responsabilité de l’Eglise, mais «en évitantdes formes de cléricalisme qui annulerait le charisme des laïcs» souligne-t-il.

Huit femmes occupent actuellement des postes à responsabilité au Saint-Siège

Depuis le début de son pontificat, le Pape a plusieurs fois manifesté son souhait d’accorder plus de places aux femmes dans l’Église. Il a nommé plusieurs femmes à des postes de premier plan. D’ailleurs, le nombre de dirigeantes n’a jamais été aussi élevé.  Huit femmes occupent actuellement des postes à responsabilité au Saint-Siège, au-dessus du dixième niveau de rémunération au Vatican. Il y a dix ans, il n’y en avait que trois.

Parmi elles, Linda Ghisoni, nommée par François sous-secrétaire pour les fidèles laïcs. S’exprimant sur le sens de cette vidéo, elle revient sur le fait que le Pape commence par parler du baptême. «C’est très important car cela nous permet de comprendre que le désir d’une plus grande participation des laïcs, et en particulier des femmes, dans les instances de responsabilité de l’Église ne doit pas être interprété comme une opération sociologique ou comme un désir de garantir des quotas roses pour une répartition du pouvoir entre les femmes et les hommes, entre les laïcs et le clergé» affirme-t-elle. Elle poursuit: «Si nous prenons conscience du sens de notre baptême, nous comprenons quelle est notre place dans l’Église qui, pour être universelle, ne peut renoncer aux apports spécifiques des laïcs, des femmes, qui par vocation en sont une partie constitutive».

Sainte Marie-Madeleine

Par ailleurs, le Réseau mondial de la prière rappelle ce geste symbolique du Pape François qui, en 2016, a élevé au rang de fête liturgique le jour de sainte Marie Madeleine, aujourd’hui définie dans la nouvelle préface de la messe comme «l’apôtre des apôtres». En prenant cette décision, «il a souligné l’importance de cette femme, la première à voir le visage du Ressuscité parmi les morts, la première que Jésus appelle par son nom, la première à recevoir de Jésus-Christ lui-même la mission d’annoncer sa résurrection».