Dieu m'est témoin

Limyè ba yo : 20 ans plus tard, le rendez-vous mémoriel incontournable du CM98 en vidéos !

Evènement

Nous marcherons pour honorer avec éclat la mémoire des femmes et des hommes qui vécurent en esclavage et dont les premiers furent libres le 23 mai 1848, il y a 170 ans.

Nous marcherons pour que soit édifié dans le Jardin des Tuileries le Mémorial des Noms attribués aux 200 000 esclaves devenus libres après le décret d’abolition de l’esclavage du 27 avril 1848.

Nous marcherons pour aider la République à repenser ses dispositifs de lutte contre le racisme dé-complexé qui conduit ce pays à une fracture raciale mortifère.

Nous marcherons pour proclamer que le racisme commencera à disparaître réellement lorsqu’un Français ne sera plus défini comme uniquement descendant de Gaulois, blanc, chrétien et exclusive-ment Européen.

Nous marcherons avec détermination pour nos filles et nos fils car nous n’avons pas le droit de leur léguer un pays où prospère un racisme décomplexé.

Nous marcherons car nous sommes décidés à voir pleinement reconnus notre place, notre rôle dans notre pays et notre apport à un avenir pétri de liberté, d’égalité et de fraternité.

Le 23 mai 1998, nous avons marché pour nos aïeux, le 23 mai 2018, nous marcherons pour nous et nos enfants.   a déclaré le CM98

Hier, le CM98 organisait la 20ème édition de Limyè ba yo, place de la République, pour la journée nationale en hommage aux victimes de l’esclavage colonial. Limyè ba yo est avant tout un grand événement basé sur la reconnaissance et la réconciliation.

PLACE DU LOUVRE – PLACE DE LA RÉPUBLIQUE

Avant le début de la marche, Serge Romana, fondateur de l’association Comité Marche du 23 Mai 1998 salue la communauté antillaise venue de tout l’hexagone pour vivre ce moment.

Raphaël, vit sa première marche de commémoration de l’abolition de l’esclavage. A 12 ans, il est déjà très inspiré!

A quelques minutes du départ de la marche, Eric de Lucy, martiniquais et descendant de colon, cofondateur avec Serge Romana de la fondation Esclavage et Réconciliation, nous parlait de l’espoir d’une mémoire apaisée aux Antilles, aujourd’hui.

Catherine, 59 ans, originaire du Vauclin en Martinique vient tous les ans pour suivre la marche commémorative. Même pour elle, catholique, la réconciliation est encore difficile à accepter.

Le chanteur martiniquais Philippe Lavil, nous parle de son « antiracisme primaire ». En direct de la place du Louvre avec le Comité Marche du 23 Mai 1998

Sur les panneaux du CM98, les noms de nos ancêtres victimes de l’esclavage

Bernard Batou, président de l’association Mémoire réunionnaise est présent pour soutenir ses amis antillais. C’est la première fois qu’une délégation réunionnaise participe à la marche du CM98 !

Départ de la marche commémorative du 23 mai, en hommage à nos ancêtres victimes de l’esclavage.

Christiane Taubira parle aux jeunes ultramarins pour Dieu m’est témoin !

Arrivée du cortège silencieux sur la place de la République.

Marche terminée. Arrivé place de la République. Serge Romana prononce le discours de clôture de la marche.

 

SAINT-SULPICE – MESSE MÉMORIELLE

Messe en mémoire des victimes de l’esclavage colonial à St-Sulpice. Seigneur, portons tous ceux qui ont marché aujourd’hui avec le CM98 dans nos prières. Faisons mémoire oui, faisons mémoire avec le Seigneur qui donne la vie, qui réveille la fraternité au milieu des divisions et des incompréhensions.

« Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s’embrassent ».
Ce psaume lu hier nous rappelle encore une fois à quel point la paix doit être au cœur de nos préoccupations.


Réagissez et laissez un commentaire

Votre commentaire a bien été pris en compte !

Il sera publié dans les jours à venir.