D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans. Cette catastrophe est-elle inévitable ? Quelles sont les alternatives ? Devons-nous définitivement arrêter l’usage du plastique ? Quel impact a-t-il sur notre nature et sur nous-même ? Cette semaine, Dieu m’est témoin s’interroge sur notre « addiction » au plastique. Patrick Fabre, fondateur de l’association OceaNOplastic, créé en 2016, sera sur le plateau pour nous dire comment il lutte contre cette pollution. Il nous aidera aussi à mieux comprendre la route du plastique : de sa fabrication à sa présence dans la nature. Nous serons connectés avec Bruno Sainte-Rose, ingénieur martiniquais de 33 ans et membre du projet The Ocean Cleanup. Il nous expliquera comment il a eu la folle et incroyable idée de nettoyer l’océan pacifique de ces déchets plastiques. Au 1er Juillet 2019, la Nouvelle-Calédonie interdira les sacs plastiques à usage unique sur son territoire. Nous partirons en Nouvelle-Calédonie rencontrer les membres de l’association Mocamana, et verrons comment ils ont mis en place des alternatives aux sacs plastiques en confectionnant des sacs en toile de jute. Nous irons ensuite à La Réunion, au centre de soin des tortues de Kelonia. Là-bas, nous verrons comment scientifiques, chercheurs et soigneurs, tentent de sauver les tortues victimes du plastique.