À l’Assemblée nationale, lors des questions au gouvernement ce mardi 16 juin, le député de Martinique Serge Letchimy a demandé « des mesures exceptionnelles » concernant le racisme

Après la mort de Georges Floyd et les manifestations qui agitent plusieurs pays dans le monde, le député de Martinique Serge Letchimy estime que « contre toutes violences raciales », « la République se doit être exemplaire sur l’exigence de justice, de vérité lors des drames répétés comme celui d’Adama Traoré ».

La peste distillée par Éric Zemmour

« Le racisme peut aussi être obscur et larvé par la présence inacceptable de certains monuments, symboles de la période coloniale. Ici à l’Assemblée nationale, je pense à Colbert, le père du code noir », « la parole dont celui qui à longueur de tribune et d’antenne distille impunément la peste qui lui sert d’activité mentale, je veux parler d’Éric Zemmour » a poursuivi le député.

L’outre-mer au cœur de ce drame post-colonial

« C’est cet esprit colonial qui attisent les révoltes qu’il faut entendre et qui exigent des mesures exceptionnelles », insiste-t-il. « L’outre-mer est au cœur de ce drame post-colonial. L’injustice au quotidien asphyxie : dans la dépendance structurelle, à la tête des administrations, dans l’économie, les niveaux d’équipements de santé, d’éducation et de culture, dans le traitement des scandales comme ceux de la chlordécone ».

Une plaie ouverte pour la République

« Le racisme constitue une plaie ouverte dans notre pacte républicain », lui a alors répondu le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, ajoutant que « tout l’enjeu c’est d’avoir la capacité à regarder la réalité en face ». Le ministre de l’Intérieur a notamment rappelé le discours du président Emmanuel Macron : « Ça n’est pas en déboulonnant, en abattant des statues, en dénonçant et en cherchant à opposer les uns aux autres que nous arriverons à vaincre le racisme ». Christophe Castaner appelle plutôt à une « société apaisée, qui ose regarder dans les yeux sa propre histoire ».