Le gouvernement a fixé deux conditions à la  reprise des cérémonies religieuses avec public à partir du 1er décembre : le respect d’un nouveau protocole sanitaire au sein des lieux de culte et une évolution favorable de la situation épidémiologique.

C’était une réunion très attendue de la part des responsables des cultes en France et de nombreux croyants qui réclament avec ferveur la reprise des cultes. Elle s’est tenue ce lundi 16 novembre en compagnie du premier ministre Jean Castex et du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. L’Eglise catholique était représentée par Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des Évêques de France et le père Hugues de Woillemont, secrétaire-général et porte-parole de la CEF.

“Le Premier ministre a fermement redit que les conditions sanitaires ne permettaient pas aujourd’hui une reprise des célébrations publiques. Il a chargé le ministre de l’Intérieur de préparer sans tarder, en lien avec les représentants des cultes, les protocoles nécessaires à une reprise maîtrisée à partir du 1er décembre selon ce que les conditions sanitaires permettraient”, explique dans un communiqué la CEF, la Conférence des Évêques de France.

Des fidèles très demandeurs

La Conférence des Évêques de France a déjà présenté au Ministre de l’Intérieur «un protocole sanitaire détaillé en vue notamment de la reprise des messes en public dans les meilleures conditions de sécurité. Seront également présentées les conditions de reprise d’autres activités pastorales en “présentiel” (catéchisme, aumônerie, Conseils…)» rappelle encore le communiqué.

Au cours de cette réunion, les responsables catholiques ont tenu à exprimer au gouvernement «la forte attente des fidèles» concernant la reprise des célébrations en public. Les évêques de France mesurent également «l’impatience de beaucoup de fidèles», relève encore le communiqué, alors que de nombreuses manifestations ont eu lieu durant le week-end, partout en France, de fidèles demandant la reprise des messes. Néanmoins, souligne la CEF, «les catholiques sauront tenir dans cette attente et cette privation

Un espoir pour Noël

Une nouvelle réunion devrait se tenir début décembre entre les responsables des cultes et le gouvernement, pour faire un point sur la situation sanitaire et évoquer la période de Noël. «Le gouvernement assume ses responsabilités à l’égard de la situation sanitaire du pays et nous devons tous accepter d’en être des acteurs. En respectant ces mesures sanitaires, l’Église participe de l’effort national de lutte contre l’épidémie» peut-on lire en conclusion du communiqué des évêques.